• Share
  • Newsletter

    Cyber-sécurité: l’identité numérique des Etats africains en danger !

    1 janvier 1970 by Louise Transports0News

    By Coumba Ndoffene Diouf Une table ronde, aminée par d’éminents professeurs du CODESRIA, a permis de passer en revue l’expérience africaine de la cyber-sécurité et d’en tirer des conclusions. Ces conclusions ont démontré que la cyber-citoyenneté africaine était en marche et que la cyber-gouvernance démocratique était en construction sur le continent. Mais, cette vision africaine qui devrait être celle des Etats et de l’organisation gouvernementale, devrait, en terme de priorité s’attaquer en premier lieu à la cyber-sécurité envisagée comme un service public. D’après Le Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique (CODESRIA), il est nécessaire d’œuvrer à la création d’une version africaine positive de la civilisation contemporaine, c’est à adire la civilisation numérique. Pour ce faire, un sillage pour les gouvernements africains a été dessiné, en attirant leur attention sur la nécessité de tenir compte de deux paramètres fondamentaux : un paramètre que l’Afrique partage avec le reste du monde et un autre plus ou moins spécifique au continent. Le premier paramètre concerne la gestion du rythme numérique, c’est une préoccupation pour toute l’humanité que de gérer et de maîtriser le risque numérique. Le deuxième, dont nous souffrons plus que d’autres, c’est la gestion de la fracture numérique, en vue de son éradication ou de sa réduction à sa plus faible expression. « La cyber-sécurité dans le numérique aujourd’hui c’est ce qui nous permet de garantir la sécurité tout court dans l’espace et cette cyber-sécurité nous apparaît comme un service fondamental sur lequel on devra bâtir tous les autres services numériques». L’autre point c’est d’avoir une république numérique protectrice qui protège comme tout système de sécurité : les cybers-citoyens, les cybers-consommateurs, les infrastructures, la propriété intellectuelle et tous les systèmes d’information tels qu’ils soient mais en particulier les systèmes d’information d’importance vitale, dans une société démocratique. Il y a également et surtout la question cruciale de l’identité numérique qui se présente aujourd’hui comme la clé incontournable lorsqu’on veut sécuriser, lorsqu’on veut légiférer, lorsqu’on veut organiser quoi que ce soit dans le cyber-espace. L’Afrique n’a pas d’identité dans le monde numérique.  » Aujourd’hui la plupart de nos Etats confectionnent des cartes d’identité dites numériques, des passeports biométriques. Mais la question fondamentale est de savoir si ces dispositifs incluent une identité numérique. Si ce n’est pas le cas, dites-vous bien qu’on est en train d’investir mais qu’on va encore se donner rendez-vous dans quelques années encore pour refaire ses mêmes cartes en vue d’y inclure l’identité numérique, a déclaré le professeur Thiam, président de l’Institut sur la gouvernance démocratique. Monsieur Thiam de soutenir que c’est cette identité numérique qui devra nous permettre de signer électroniquement des documents qui auront la même valeur que nos signatures manuscrites. Les Etats africains doivent assumer leur pleine responsabilité parce qu’il y va de leur souveraineté numérique dans le cyber-espace et dans l’espace.  » Si cette souveraineté n’est pas garantie, nous somme dans l’anti-chambre de la cyber-colonisation, a affirmé Monsieur Thiam.
    Share

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Veuillez entrer le résultat : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

    A propos de nous

    Louise Transports est une société spécialisée dans le transport de marchandise (tout type de biens, colis, voitures, camions, conteneurs) par conteneurs à destination de l’Afrique.

    Contact

    Louise Transports
    11 rue des frères Lumière
    93150 Le Blanc-Mesnil
    France

    Appelez nous
    +33 6 76 94 60 95