• Share
  • Newsletter

    Décès de Ousmane Cissé à Bordeaux : les hommages de ceux qui l’ont connu…

    1 janvier 1970 by Louise Transports0News

    By senereporter C’est dans la stupéfaction que la diaspora africaine s’est réveillée à l’aube du 3 décembre. Ousmane Cissé n’est plus. L’homme qui, sans jamais renier sa sénégalité, avait réussi à engager une affectueuse mais exigeante fraternité avec les autres, africains comme européens, a succombé à un malaise. Rien pourtant n’augurait de la disparition brutale de cet homme de 58 ans aux passions tonitruantes mais au rire contagieux. Président de l’antenne bordelaise du Conseil Représentatif des Associations Noires de France, Ousmane Cissé a, indéniablement, marqué de son empreinte la vie politique et sociale bordelaise des 30 dernières années. Candidat à plusieurs élections locales, sous diverses étiquettes, le sénégalais n’en était pas moins solidement amarré à toutes les autres communautés immigrées qu’elles soient africaines, arabes ou européennes. Pionnier dans l’engagement politique des africains dans la capitale girondine, Ousmane Cissé a accompagné les évolutions de la condition des immigrés en France avec force de conviction et détermination qui lui valent le respect et l’estime de tous ceux qui l’ont connu. Si son dernier combat était celui lié à l’épineuse question des réparations de l’esclavage colonial, le militant savait aussi partager son amour de la culture et un gout esthétique remarquable. En témoigne le succès de la dernière manifestation organisée au Conseil Régional Aquitaine, visant à promouvoir les femmes africaines élues dans l’agglomération bordelaise, qui s’est terminée par un remarquable défilé de mode où tout le génie africain a pu s’exprimer. Cette Afrique qu’il réunira dans une indéfectible amitié avec une famille marocaine résidente à Bordeaux. C’est d’ailleurs Soulaiman Chaoui et Ouria Boukili qui accompagneront ses derniers moments sur terre et avertiront sa famille et ses amis, notamment son frère Alassane Cissé qui l’assistera aussi jusqu’à son dernier souffle et organisera ses obsèques. Pour ce couple de marocains engagés, leur :  » rencontre avec Ousmane remonte à l’année 2000. Très intéressé par son association  » MDD », Mouvement pour les Droits et le Devoirs. Adhésion par la suite à Africagora pour faire promouvoir les talents de la diversité. Concept auquel ils étaient très attachés qu’ils ont développés sur le terrain à l’aide de leurs associations respectives (Association coup de pouce avenir, association MDD, Africagora). Création ensemble d’une liste européenne au nom de Europe diversité pour la participation aux élections de 2004 dont Ousmane était tête de liste. On a travaillé sur l’éducation au développement durable à travers l’implication de la diaspora de la diversité dans le développement de leur pays d’origine (création de projets à valeur ajoutée qui servent les deux rives) A cette époque, on était dans la même famille politique (UMP). Nous avons continué à travailler ensemble sur les thématiques de la diversité même après qu’Ousmane a changé d’orientation politique. Une grande amitié est nait entre nous et il a été adopté par ma famille. Nous sommes devenues à Bordeaux sa famille adoptive. Nous avons travaillé beaucoup ensemble au Maroc à travers une association crée sur place : association pour le développement et l’innovation dont l’objectif est de redonner l’estime et la dignité à l’individu quel que soit son niveau socioculturel à travers la création de projets générateurs de revenus et des projets éducatifs. Création et participation en 2014 d’une liste municipale (Notre parti pris) au nom de l’Union de la droite à Ambares et Lagrave. Ousmane va laisser un grand vide autour de nous. Espérons qu’on va le combler en continuant son œuvre. C’est d’abord le quotidien Sud-Ouest qui reconnait son engagement et a informé l’opinion locale dans son édition du 5 décembre 2016. Et la ville de Bordeaux organise et appelle à un hommage ce samedi au Musée d’Aquitaine pour celui qui était un des membres fondateurs du Conseil des communautés étrangères devenu Conseil de la diversité. Mais Dogad Dogui, avait déjà évoqué son souvenir. Le fondateur d’Africagora qui continue ses engagements associatifs comme consultant a été l’un des premiers à lui rendre hommage :  » Notre rencontre en 2002 dans les allées de la mairie de Bordeaux avait fait naître une amitié et une complicité dans la vie militante – associative puis politique. J’en avais fait mon délégué pour Bordeaux et l’Aquitaine d’Africagora, de France Diversité puis du Cercle de la Diversité Républicaine (CDR). Que de réunions, de voyages (en France et aux USA) et de visites et actions de terrains. Formidablement indépendant et libre dans ses idées et opinions, il a marqué la vie militante de l’agglomération bordelaise et m’a accompagné dix années durant dans mes engagements et actions de terrain en faveur de l’intégration sociale, de la diversité et de la citoyenneté. Toujours de Paris, son dernier compagnon de combat, Louis Georges Tin, président du CRAN, a fait le déplacement. Les yeux rougis de douleur, mais sans perdre du vue les luttes qu’il a partagé avec Ousmane Cissé, le martiniquais s’est aussi joint à la douleur de la famille Cissé :  » Les membres du CRAN ont accueilli la nouvelle dans la douleur et la stupéfaction. Ousmane Cissé était un membre très actif du Conseil d’administration du CRAN France. En quelques années, il était devenu une figure incontournable du combat contre le racisme et contre le colonialisme dans toute la région Aquitaine…La tristesse qui nous a envahis depuis une semaine nous a anéantis. Mais nous devons, pour lui être fidèles, reprendre le flambeau qu’il nous laisse. Je voudrais que toutes les personnes qui lui rendent hommage aujourd’hui poursuivent son œuvre demain. Car sinon, à quoi bon ? Il était cher à notre cœur, il le restera à jamais. Au-delà de ses combats politiques, ses amis garderont à jamais le souvenir d’un homme entier, dans ses éclats de rire, comme dans ses éclats de colère. Il s’indignait contre les injustices, ce qui était mauvais pour son cœur, il le disait lui-même, mais il ne pouvait s’en empêcher, il ne cessait d’aider, de donner, de soutenir. C’était un homme plein de gaieté, il avait le sens des relations, de l’amitié et du leadership également». Ses amis de l’antenne bordelaise sont également unanimes. Cyril Fonrose, martiniquais aussi et responsable associatif était aussi à ses côtés au CRAN Aquitaine. Pour le militant politique :  » Ousmane était de ses militants infatigables, qui savent entrainer dans son sillon toutes les bonnes volonté. Il avait engagé un énorme travail sur les réparations, qui mérite d’être poursuivi. C’était un homme de projet, de convictions et de combats. Il manquera à Bordeaux, et il nous manquera immensément. Abdoulaye Sow, cadre à Bordeaux Métropole et secrétaire général du CRAN Aquitaine, a aussi du mal à cacher sa douleur :  » Mais dusse je encourir ton courroux, rien ne m’empêchera d’être triste, de dire ma peine. De te dire qu’Ousmane laisse un grand vide que les mots jamais n’enlacent. Les morts sont souvent plus charismatiques que les vivants. Chez Ousmane, point de vérité dans cette assertion. Son leadership était naturel. Sa générosité aussi. Ses multiples engagements associatifs et politiques en témoignent. Alors si Birago à raison, Ousmane n’est pas mort. Il est parmi nous. Il est en nous…Ousmane, à l’heure de faire ce voyage ultime vers cet infini dont nul ne revient, si les anges du haut de leurs ailes diaphanes te demandent ton identité, montre leur ton sourire éclatant, et réponds leur Carpe Diem. Et s’ils te demandent quel est ton viatique, ouvre leur ton cœur. Ils n’y verront que Bonté. Autre témoignage, celle d’Aïta Thiaw, sénégalaise qui l’a bien connu :  » Bordeaux perd, en la personne de Ousmane Cissé, une figure marquante du paysage bordelais, un fils, un ami, un frère ….un homme de coeur très engagé et investi dans le milieu associatif. L’architecte, Boubacar Seck, acteur et fin observateur de la diaspora sénégalaise de Bordeaux :  » On avait qu’un seul désaccord dans notre engagement : certaines positions du CRAN qu’il défendait avec énergie et détermination. Mais nos discussions se terminaient toujours par des éclats de rire. La dernière fois, c’était fin septembre aux  » Assises de l’égalité au siège du Conseil Regional de Nouvelle Aquitaine. Le rwandais Paul Kananura, directeur de l’Institut Mandela et proche parmi les proches a contenu son émotion dans ses quelques mots :  » Ousmane fut un homme généreux, de grand cœur et actif pour les causes désintéressées. Il a défendu avec vigueur les minorités visibles et la majorité silencieuse. Quant à Souleymane Jules Ndiaye, on perçoit nettement son désarroi dans ses premiers propos :  » J’apprends avec une grande tristesse le décès de grand Ousmane Cissé… Les témoignages des sénégalais de Bordeaux sont unanimes: un grand monsieur de la ville, un représentant exemplaire du Sénégal et  » un homme de coeur très engagé. Je le confirme, pour avoir partagé des sessions de travail avec lui dans le cadre de nos différents engagements citoyens et associatifs à Bordeaux. Vivement que 2016 se termine ! Une année très dure pour la communauté africaine de Bordeaux Yallah na Yallah tek ci wetam grand Ousmane. Mayacine Diop, responsable associatif et homme de médias, est tout aussi reconnaissant :  » Ousmane, l’ami de tout le monde est parti…Il défendait toutes les valeurs de la laïcité, de la diversité, de l’égalité, luttait contre toutes les formes de discrimination. Son sourire était son premier signe. L’épicurien n’hésitait jamais à réunir tout le monde autour d’un repas qu’il aimait bien préparer lui-même. La grosseur de son cœur n’a simplement pas pu supporter la grandeur de sa générosité. Au revoir l’ami ! Propos recueillis par Karfa Sira Diallo
    Share

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Veuillez entrer le résultat : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

    A propos de nous

    Louise Transports est une société spécialisée dans le transport de marchandise (tout type de biens, colis, voitures, camions, conteneurs) par conteneurs à destination de l’Afrique.

    Contact

    Louise Transports
    11 rue des frères Lumière
    93150 Le Blanc-Mesnil
    France

    Appelez nous
    +33 6 76 94 60 95