• Share
  • Newsletter

    Liberté provisoire de Khalifa Sall : Le juge se prononce ce vendredi, la défense reste optimiste…

    31 janvier 2018 by Louise Transports0News

    By Khalil Kamara Le procès de Khalifa Sall a été renvoyé au vendredi 2 février. Une pause de deux (2) jours qui permet au tribunal de statuer sur les quatre exceptions liées à l’incompétence du tribunal à juger cette affaire, la litispendance, le sursis à statuer, la demande de mise en liberté provisoire de Khalifa Sall et Cie. Pour sa part, Malicke Lamotte a promis à Barthélemy Dias, qui veut se constituer en partie civile, qu’il statuera sur son cas, conformément à l’article 410 du code de procédure pénale. Toutefois, les avocats de la défense se disent confiants et ont espoir que le droit sera dit. Après avoir suspendu l’audience pendant 45 minutes durant lesquelles le président Malick Lamotte s’est retiré avec ses assesseurs pour statuer sur les exceptions soulevées par la défense et les avocats de l’Etat, le juge a d’abord félicité la qualité du débat qui, selon lui, fut très élevé. Ainsi, sous le fondement des alinéas 3 et 4 de l’article 446 du code de procédure pénale et compte tenu du caractère  » urgent, le juge estime que  » le tribunal a l’obligation de mettre en délibéré, sous 48 heures » . Un ouf de soulagement pour les avocats du maire de Dakar qui ont espoir que ce verdict tournera en leur faveur. Me Seydou Diagne :  » Le tribunal a dit qu’il va joindre ça au débat sur le fond et qu’il statuera par un seul et même jugement. On n’est pas fâché, on est satisfait. On aurait pu être beaucoup plus satisfait s’il nous avait répondu tout de suite. En fait, le tribunal nous dit qu’il diffère sa réponse. Il veut d’abord interroger Khalifa Sall et les autres sur le fond, sur ce qui s’est passé et au moment où il rendra son délibéré, dans un mois, ou bien dans le temps qu’il jugera nécessaire, il reviendra pour répondre sur le fait de savoir est ce que les avocats devaient être à l’enquête préliminaire et que l’égalité des armes a été respectée entre l’accusation, le parquet et la défense. Il dira s’il y a eu violation du droit en procès équitable avant la comparution devant le tribunal, soit avant, pendant et après le jugement. Pour sa part, Me Borso Pouye retient, sur cette décision du tribunal, la liberté provisoire dont pourrait bénéficier  » le prévenu Khalifa Sall » .  » Je fais partie des avocats de la défense qui pensent que nous n’avons même pas besoin de formuler une demande de mise en liberté provisoire fondée sur les dispositions du code de procédure pénale habituelles en matière de détournement de deniers publics. Nous estimons que c’est une libération d’office. Et Me Ciré Clédor Ly a commencé par demander la libération d’office pour détention arbitraire. Et ça c’est important parce que c’est un député qui bénéficie de plein droit de son immunité parlementaire, qui n’a pas été levée et pour laquelle aucune autorisation n’a été donnée par l’Assemblée nationale, dans les règles de l’art. C’est ce que nous avons dit et je n’ai cessé de le répéter » , confie l’avocate qui estime qu’à cet effet, sa détention devient arbitraire.  » Le tribunal, pour le moment, est d’accord avec nous que c’est une question urgente sur laquelle il va se prononcer. C’est pour ça, en ce qui me concerne, j’ai quand même un peu d’espoir (…) Le droit sera dit… » , poursuit-elle. L’article Liberté provisoire de Khalifa Sall : Le juge se prononce ce vendredi, la défense reste optimiste… est apparu en premier sur Senego.com – Toute l’actualité sénégalaise.
    Share

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Veuillez entrer le résultat : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

    A propos de nous

    Louise Transports est une société spécialisée dans le transport de marchandise (tout type de biens, colis, voitures, camions, conteneurs) par conteneurs à destination de l’Afrique.

    Contact

    Louise Transports
    11 rue des frères Lumière
    93150 Le Blanc-Mesnil
    France

    Appelez nous
    +33 6 76 94 60 95