• Share
  • Newsletter

    Les gambiens parlent à Yaya et ses hommes : « Ils ne peuvent pas tous nous tuer… »

    1 janvier 1970 by Louise Transports0News

    By Mintou Faye Les lanceurs d’alertes gambiens comme dans les semaines passées reviennent avec senenews.com. Cette fois-ci ils donnent des infos sur la situation de leur pays qui méritent bien d’être prises en compte par la communauté internationale et affiche leur désaccord avec le dictateur Yaya Jammeh. Yankuba Ousman Camara interrogé sur la situation actuelle de son pays explique que :  » Yaya veut plonger le pays dans le chaos qui sera préjudiciable. Le verdict du peuple ne peut être manipulé. Nous nous tiendrons fermement pour défendre notre nouvelle liberté retrouvée récemment. Sur la possibilité de l’utilisation de l’armée par Yaya Jammeh comme moyen de lutte M.Camara donne une réponse affirmative.  » Eh bien, c’est possible qu’il utilise l’armée parce qu’il a quelques membres de sa tribu qui sont prêts à l’accompagner. Une chose est claire, ils ne pourront jamais tourner l’horloge en arrière. Les Gambiens ont choisi et le pouvoir du peuple prévaudra sur leurs armes et munitions. Ils ne peuvent pas tuer tous les gens, les pays amis doivent nous aider avec des interventions pour arrêter la situation. On n’a jamais vu un dictateur laisser le pouvoir d’Etat aussi facilement » .  » Au moment où la presse parle, une réunion entre Jammeh et certains membres de l’état-major de l’armée se tient. Certains ont accepté le choix des électeurs gambiens et refusent d’accompagner leur commandant dans la violation de la Constitution. Ces hommes ont clairement exprimé leur détermination à protéger et à défendre la volonté du peuple gambien qui a exprimé sa préférence lors des élections présidentielles de la semaine dernière. Des membres éminents du parti au pouvoir, l’APRC, ont agité la base du parti et des chefs locaux et des dignitaires ont montré leur solidarité en exigeant que Jammeh reste. On ignore, même parmi les partisans ardents, la justification d’une telle action pour un candidat qui a clairement perdu les élections en dépit des avantages de l’incitation. confie Sidi Sanneh.  » Certains signes que Jammeh prévoyait un coup d’Etat étaient évidents depuis l’annonce choquante de sa défaite. Ellen Johnson Sirleaf, présidente du Liberia qui devait venir pour la CEDEAO à Banjul a été une victime de la machination du tyran quand elle a vu sa sortie annulée et différée indéfiniment par le dictateur » , dénonce le diplomate gambien. Il termine par un message adressée au  » Grand gambien.  » Notre conseil à Jammeh est simple: il devrait emballer ses sacs et quitter la Maison d’Etat qui est la Maison du Peuple pour éviter l’effusion de sang inutile. Le peuple gambien a parlé et sa volonté doit être respectée. Le subvertir est une trahison. Nous espérons qu’il tiendra compte de ça.
    Share

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Veuillez entrer le résultat : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

    A propos de nous

    Louise Transports est une société spécialisée dans le transport de marchandise (tout type de biens, colis, voitures, camions, conteneurs) par conteneurs à destination de l’Afrique.

    Contact

    Louise Transports
    11 rue des frères Lumière
    93150 Le Blanc-Mesnil
    France

    Appelez nous
    +33 6 76 94 60 95